Wiki Calhounsquare
Advertisement

Cette page relate les évènements qui se sont déroulés dans la nuit du 11 au 12 juillet 1992 lors d'un aftershow donné par Prince and The New Power Generation au club Les Bains Douches, à Paris, lors de la tournée Diamonds And Pearls.

Contexte[]

1992 bainsdouches

Article de magazine présentant Prince sortant de sa voiture pour entrer aux Bains Douches en 1992

Après les aftershows des New Morning en 1986 et 1987, et un premier one-off aux Bains Douches en 1988, un nouvel aftershow est mis en place lors de la visite parisienne de Prince pour la tournée Diamonds And Pearls de l'été 1992.

L'aftershow a lieu dans la nuit du 11 au 12 juillet 1992, c'est à dire après le second concert donné à Bercy.

Comme la fois précédente, il n'y eut pas de vente anticipée de billets et seuls les fans bien informés, les célébrités, et les gens influents se sont rendus sur place pour tenter d'y être.

Si l'entrée dans la salle fut moins "select" que pour l'after précédent en 1988, ce fut tout de même une sacrée bousculade après minuit devant l'escalier menant au club.

Prince est arrivé sur place dans un costume noir et blanc.

Les spectateurs bien entassés dans la salle n'eurent pas à attendre très longtemps, car le show débuta entre 1 heure et 2 heures du matin.

Le show[]

Le groupe de la tournée Diamonds And Pearls était au complet pour ce concert, soit un total de 17 musiciens ! Ils eurent bien du mal à tous se contenir sur la minuscule scène du club.

Le show débute sur une ligne de basse qui ressemble étrangement à Get Up, Stand Up de Bob Marley. Ce qui incite une partie du public à entonner ce chant. En réalité cette ligne de basse est celle du morceau Goldnigga qu'évidemment personne ne connaissait à ce moment là (le premier album des NPG est paru un an plus tard, en juillet 1993). Le rapper Tony M. entonne des passages de Sexy MF, puis le tout évolue sur un groove où les instruments se rajoutent petit à petit.

On passe alors à Black MF In The House, un second titre inédit dévoilé ce soir-là ! Le morceau est joué avec beaucoup d'entrain et sonne comme un défouloir par rapport au set-list plus rigide du concert principal donné quelques heures plus tôt.

On poursuit dans la série de morceaux du NPG avec Call The Law, un titre disponible alors sur la face B du single de Money Don't Matter 2Night. Prince produit alors les breaks de guitare.

Par la suite, Prince reprend le devant de la scène en enchainant avec une reprise de Skin Tight des Ohio Players, intégrant un chant autour de Ganster Glam, un titre dérivé de Gett Off. Puis vient un rapide Thank You For Talkin' To Me Africa, avant de passer à une furieuse version rapide de Gett Off (Houstyle).

Le titre suivant n'est autre que Get Up (I Feel Like Being A) Sex Machine de James Brown, qui sonne comme un rappel de la version très connue par les fans du New Morning 1987, mais en moins inspirée.

Autre morceau qui laisse les fans pantois mais intéresse peu les people de la soirée, l'instrumental Villanova Junction basé sur une impro de Jimi Hendrix jouée à Woodstock.

On retrouve ensuite Tony M. pour les derniers titres, en se basant sur Jughead qui donnera lieu à une large extension improvisée, contenant des chants comme Step 2 The Stage, et Gold Nigga's In The House.

C'est la fin du show, ou en tous cas de l'enregistrement existant. Mais il ne semble pas que le spectacle ait duré plus longtemps. Il aura duré environ 75 minutes.

Héritage[]

Si l'on excepte les quelques fans qui ont eu l'occasion de voir Prince en aftershow pour la première fois à cette occasion, et dont le ressenti est évidemment très positif, on ne peut pas dire que ce concert soit le plus intéressant que Prince ait donné dans la capitale française. Une partie importante du show est prise par Tony M. et les autres titres joués par Prince sont des redites: Villanova Junction ou Sex Machine ne bénéficient plus de l'effet de surprise, et la version de Skin Tight n'est pas non plus à tomber par terre. Pour autant, cet after est joué avec beaucoup d'entrain et d'amusement, et les commentaires mitigés sont peut-être dus à la qualité moyenne de l'enregistrement sonore qui ne permet pas d'apprécier au mieux ce qui s'est réellement passé.

Advertisement