Wiki Calhounsquare
Advertisement

Taja Sevelle est une artiste de Minneapolis qui a fait paraître un album éponyme sur Paisley Park Records en 1987.

1987 taja lp

Taja Sevelle - LP Europe

Biographie[]

1987 tajasevelle

Taja Sevelle est née le 7 janvier 1962 sous le nom de Nancy Richardson, à Minneapolis. Jeune femme, elle a chanté dans différents groupes de musiciens et était animatrice pour une station radio locale, KMOJ.

Durant l’hiver 1983-84 Taja est figurante dans le film Purple Rain, à titre totalement anonyme (elle ne figure pas dans le générique). Elle a raconté lors d’une interview qu’elle a joué dans une scène où elle tente d’entrer dans le club First Avenue et qu’elle est refoulée car elle est encore mineure. Cette scène aurait été coupée au montage, probablement parce qu’elle faisait doublon avec celle d’Apollonia au début du film.

Après le tournage, il est supposé qu’elle a rencontré Prince au First Avenue et possiblement lors de ses concerts de 1984 (le 7 juin ou le 14 août notamment), et lui a fait part de ses talents de chanteuse.

Avec l’immense succès de Purple Rain, Prince et Warner Bros créent à l’été 1984 le label Paisley Park Records. Les premiers artistes qui sont signés sur ce nouveau label sont le groupe Mazarati et Taja Sevelle.

La première participation de Taja Sevelle à un projet musical de Prince a lieu le 31 octobre 1984, lors de l’enregistrement de la chanson The Ladder. L’enregistrement a lieu lors du dernier jour des répétitions de la tournée Purple Rain en vue de la série de concerts prévus au Civic Center de St Paul, à l’entrepôt de Flying Cloud. Taja Sevelle est donc créditée, sous le pseudonyme de Taj, comme choriste dans les crédits de l’album Around The World In A Day.

La même semaine que la signature de son contrat avec Paisley Park Records, elle est admise au Berklee College of Music à Boston dans le Massachusetts. C’est la raison qui explique que son premier album ne paraît sur Paisley Park Records qu’à la fin de l’année 1987. Les autres raisons de ce délai furent les négociations qui ont eu lieu pendant près d’un an afin que Taja dispose de 100% de ses droits d’édition sur son album. Son contrat avec Paisley Park Records a été établi pour une durée de sept ans.

Préparatifs[]

Prince envoya Taja à Los Angeles pour travailler avec Lenny Warniker chez Warner Bros, car il pensait que cet environnement lui conviendrait mieux. Alors qu’à cette époque tous les artistes gravitant autour de Prince étaient directement inspirés par lui, avec des albums conçus et réalisés par ses soins, il laissa à Taja Sevelle une large liberté artistique. Il lui laissa la possibilité pour son premier album d’écrire ses propres chansons, et de travailler avec d’autres producteurs ce qui fut totalement inédit à l’époque dans la carrière des protégées de Prince.

Le label décida que le premier album de Taja Sevelle pourrait intéresser aussi bien le marché Pop que le marché R&B. Ils ont donc sollicité simultanément Michael Ostin, chef de la division Pop et fils du légendaire Mo Ostin, PDG historique de Warner et grand supporter de Prince, ainsi que Benny Medina qui était le chef de la division R&B. Ensemble, ils décidèrent de profiter de l’album de Taja Sevelle pour relancer le sous-label Reprise Records, lequel était le label de Frank Sinatra. C’est la raison pour laquelle le disque apparaît dans certains pays sous les deux labels : Paisley Park Records et Reprise Records.

Le lancement de l’album fut l’occasion d’une large campagne marketing, avec des publicités en pleine page, ou des publicités dépliantes dans Billboard Magazine fin 1987. Du fait de la volonté de ses deux mentors chez Warner, l’album bénéficia d’une promotion assez soutenue, avec un vidéo clip réalisé pour chacun des trois singles extraits de l'album.

D’une manière globale l’album est produit par Chico Bennett, un jeune musicien producteur de Minneapolis, âgé alors de seulement 19 ans, qui signe aussi les paroles et musiques de la majorité des titres, et qui a été adoubé par Prince. Certains crurent au départ, avec le peu d’information disponible à l’époque, que Chico Bennett était un nouveau pseudonyme de Prince, mais il n’en est rien. Chico est devenu ensuite un producteur/remixeur renommé, et a travaillé pour de nombreuses stars dont Madonna ou Lady Gaga. À noter aussi que celui qui a réalisé le mixage intégral de l’album n’est autre que Tommy Vicari, qui avait été imposé à Prince comme « producteur exécutif » de l’album For You.

Trois chansons de l’album ont été écrites par Taja Sevelle elle-même : Love is Contagious, Fly For Your Painted Rainbow, et Take Me For A Ride. Elle a également co-écrit Mama 16 avec le musicien Paul Miller.

Prince a proposé initialement quatre chansons pour cet album mais Taja n’en sélectionna que deux : Wouldn’t You Love to Love Me? et If I Could Get Your Attention. Pour cette dernière, Taja a opéré quelques changements mineurs dans les paroles originales, et du coup elle partage le crédit d’auteur avec Prince.

Album : Taja Sevelle (1987)[]

996862 526600927419836 1798966589 n

L’album de Taja Sevelle paraît le 19 septembre 1987, soit une semaine après l’inauguration officielle des studios Paisley Park. Il est le cinquième album de l’année à paraître sur le label Paisley Park Records, après le 3ème album de Sheila E, les deux albums de Madhouse, et l’album de Jill Jones. Pour beaucoup de fans, notamment les européens, cet album fut tout d’abord une grande déception car il s’agit du premier cas d’un album paru sur Paisley Park Records qui ne soit pas contrôlé par Prince. Malgré la qualité évidente des producteurs, auteurs, et musiciens qui ont travaillé dessus, le fait que ce disque ne contienne que deux compositions de Prince a souvent été vécu comme une trahison par les fans de la première heure.

Pour autant, il était nécessaire que le label Paisley Park Records se développe car Prince ne pouvait assurer seul les différentes sorties d’album de ses protégés. Il fallait donc que des producteurs et auteurs extérieurs puissent participer aux albums, et les rendre le plus rentable possible. Sinon, le label ne serait resté qu’un canal de diffusion réservé aux petites copines ou aux amis d’enfance de Prince. Le souci que cela pose est que le Minneapolis Sound se dilue avec d’autres sonorités, plus pop et accessibles. Le « son » de Prince n’est plus réellement présent sur ce type de disque bien que certains titres s’en approchent grandement, davantage même que certaines autres productions. L’album de Taja Sevelle inaugure une ère qui va voir venir des productions extérieures dans la musique de Prince.

1985 TS lovedemo k7

Photo de la cassette originale contenant la première composition de Taja Sevelle : Love Is Contagious

L’album s’ouvre avec une ballade mid-tempo, Love Is Contagious, qui est non seulement le premier titre que Taja ait écrit, mais aussi celui choisi comme premier single. Ce sera d’ailleurs le seul titre avec lequel elle connaîtra le succès. Le single est en effet classé aux États-Unis n°62 dans le chart du Billboard et n°58 dans le chart Black/R&B, ce qui n’est pas folichon mais il réussit en tous cas à faire aussi bien sinon mieux que les singles de Sheila E ou Jill Jones parus la même année. Ce qui est beaucoup plus étonnant est la performance de ce single en Europe, puisqu’il parvient à se hisser à la 7ème place des singles en Grande-Bretagne et la 8ème aux Pays-Bas, ce qui est totalement inédit pour une production Prince.

Le second single est le titre écrit par Prince, Wouldn’t You Love To Love Me ?, qui ne se classera que dans le chart R&B aux USA (n°61) et en UK (n°59). Les deux autres singles, Popular et Take Me For A Ride, n’auront aucun succès.

Quant à l’album, il ne parvient pas à être classé aux Etats-Unis. C’est donc un nouvel échec commercial pour Paisley Park Records. En revanche il entre dans les charts anglais et néerlandais, jusqu’aux places n°48 et 52 respectivement.

Pour être honnête les autres titres composant l’album sont plutôt de bonne facture, mais ils ont probablement manqué d’originalité pour être suffisamment attrayants. On y trouve aussi bien des compositions pop que R&B, ou des ballades, et la voix pourtant particulière de Taja se prête bien à ces différents exercices. Popular, notamment, avec une basse soutenue et un rythme proche de Erotic City, est un titre plutôt sympathique. Take Me For A Ride, sautillant et drivé à la basse synthé, est un peu plus simple.

Le morceaux phare est celui qui ouvre la face B, If I Could Get Your Attention, une sucrerie princière pur jus, enregistrée en 1986. Il est possible que le titre ait été initialement envisagé pour l’album de Jill Jones, qui a révélé en 2017 la version comportant sa voix. Le titre a continué d’évoluer après être sorti sur l’album de Taja Sevelle, puisqu’une version chantée par Mayté a été refaite en 1994 (sans pour autant intégrer son album Child Of The Sun), et Prince lui-même a ré-enregistré une version en 2014, possiblement pour l’album Hit & Run Phase II mais elle ne figure pas sur ce disque.

Au fil des années, l’album bénéficie d’un certain culte bien que moins important que pour d’autres productions comme The Family ou Jill Jones. Taja Sevelle a toutefois ses propres admirateurs, qui ont continué à la suivre fidèlement au cours de sa carrière.

Contenu[]

  1. Love Is Contagious (4:35)
  2. Wouldn't You Love To Love Me? (4:01)
  3. Popular (5:06)
  4. How Could You Do Me So Bad? (4:24)
  5. Take Me For A Ride (4:27)
  6. If I Could Get Your Attention (3:41)
  7. Infatuation (4:31)
  8. Baby’s Got A Lover (3:03)
  9. Mama 16 (4:33)
  10. Fly For Your Painted Rainbow (3:50)

Carrière ultérieure[]

En 1990, Taja Sevelle quitte le giron de Prince et fait paraitre un nouvel album, Fountains Free, chez Sony. Une fois encore, l’album n’obtient aucun succès malgré une qualité des compositions plutôt correcte. Il en sera de même pour son troisième album, Toys Of Vanity, qui paraît en 1997. En parallèle de ses activités musicales, Taja fonde en 2005 Urban Farming, pour procurer de la nourriture aux personnes nécessiteuses en cultivant des jardins. Le projet est une réussite avec plus de 63 000 jardins cultivés dans le monde et permettant d’alimenter cette chaîne humanitaire.

Elle participera en 2000 à la première Celebration qui s’est tenue à Paisley Park. Ayant récupéré une partie des droits de son premier album, elle sera en mesure de le faire rééditer sur des plate formes de streaming dans les années 2000 sous le titre de Love Is Contagious.

Advertisement