Wiki Calhounsquare
Advertisement

Cette page est la deuxième partie d'un article sur le groupe The Time.

The-Original-7ven

Pour lire la première partie, cliquez ici.

Ice Cream Castle (1984)[]

IceCreamCastle

Même si le titre (« château de crème glacée ») semble indiquer la débâcle du groupe, le succès autour de Purple Rain va propulser cet album vers le succès. Concrètement, l‘album atteint la place de n°3 R&B/Soul et n°26 dans le chart pop ce qui est similaire aux performances des deux précédents albums, mais cette fois il va rester présent pendant 57 semaines dans le Billboard profitant de la purple mania tout au long de l’hiver 1984-85, atteignant la certification de Disque de Platine (1 million d’exemplaires vendus) en mars 1985. Le second single, Jungle Love, atteint la place de n°20 au Billboard pop singles.

Bien que Ice Cream Castle soit le plus grand succès de The Time, cet album est le moins satisfaisant sur le plan musical. Il semble composé de morceaux « bric à brac » dont deux ballades pas très intéressantes, If The Kid Can’t Make You Come et Chili Sauce. Le personnage du Kid, utilisé dans le film Purple Rain, est ici vu à travers The Time. Le morceau a été enregistré très en avance par rapport au film, ce qui explique peut-être une certaine confusion dans le personnage. Le titre phare, Ice Cream Castles (avec un S final tandis que le nom de l’album n’en comporte pas) est un jam roboratif qui n’est pas à la hauteur des morceaux similaires sur les autres albums. Les morceaux qui se distinguent sont Jungle Love, The Bird et My Drawers.

Le personnel de l’album est très limité, puisqu’il se compose de Morris Day, Jesse Johnson et Prince. Sharon Hugues assure les dialogues avec Morris Day. Comme les fois précédentes, l’album est produit prétendument par The Starr Company.

Intermission[]

La période 1985-1989 voit l’émergence d’un univers étendu au Minneapolis Sound, qui désormais ne se limite plus à Prince. Le duo de producteurs Jimmy Jam & Terry Lewis devient reconnu sur le plan international, produisant de nombreux hits dont certains pour leur ancien camarade Alexander O’Neal qui débute une carrière d’une dizaine d’albums à partir de 1985. Ils décrochent la timbale en réalisant l’album Control de Janet Jackson qui en 1986 est un succès international. Il sera suivi de Rythm Nation 1814 en 1989, toujours avec la même équipe. Morris Day et Jesse Johnson, chacun de leur côté, multiplient les sorties d’album solo et les productions. Morris Day fait paraître Color Of Success en 1985 (n°7 R&B, n°27 pop) dans lequel on trouve le hit The Oak Tree. L’album propose une structure similaire aux albums de The Time : quatre jams funk et deux ballades. Jesse Johnson obtient un contrat chez A&M Records avec l’appui de Owen Husney, l’ancien manager de Prince, et sort Revue (n°8 R&B, n°43 pop) en 1985, suivi de Shockadelica (n°15 R&B, n°70 pop) en 1986 sur lequel on trouve un duo avec Sly Stone, Crazay, ainsi que Do Yourself A Favor qui est à la base un titre de 94 East. Ses productions sont nombreuses parmi lesquelles Ta Mara & The Seen (qui obtient la 24ème place au classement pop avec le single Everybody Dance début 86), Da Krash, ou Kool Skool, et on trouve ses contributions pour Paula Abdul, Janet Jackson, Cheryl Lynn et Les Rita Mitsouko.

A partir de 1987 néanmoins, les styles musicaux évoluent et diluent l’impact du Minneapolis Sound en se tournant vers un R&B / dance plus traditionnel. C’est le cas notamment pour l’album Daydreaming de Morris Day. S’il contient d’importantes participations des membres originaux de The Time, notamment sur le titre Fishnet qui est un n°1 R&B (et n°23 pop) et voit apparaître le groupe quasi au complet dans le clip, le disque sonne plus « californien » que « minneapolitain ». Jesse Johnson, de son côté, reste fidèle à sa marque de fabrique à base de riffs de synthés et guitares rythmiques bien posées, mais Every Shade Of Love (n°26 R&B, n°79 pop) qui paraît en 1988 est moins attrayant que ses deux précédents disques.

Le 2 octobre 1987 le groupe The Time original et au complet (à part Monte Moir qui attendait la naissance de son premier enfant) se produit à St Paul pour le 6ème Minnesota Black Music Awards, durant lequel Prince fut intégré au Hall Of Fame. La cérémonie est conduite par Jerome Benton, et le concert de The Time est l’évènement très attendu de la fin de soirée. Le discours de présentation du groupe sera repris ultérieurement dans le titre Dreamland sur Pandemonium (1990), statuant qu’il "devrait exister une loi contre la séparation des groupes". The Time produit un show excellent, qui donna envie aux divers membres de retravailler ensemble et envisager un nouvel album. Mais chaque membre ayant un agenda très chargé, les projets furent constamment reportés. Prince n’assistera pas au show de The Time, préférant se rendre à un concert de David Bowie à Minneapolis.  

Laissant de côté leurs animosités passées, Prince et Morris Day, avec participation de Jerome Benton, se lancent dans la réalisation d’un nouvel album de The Time à partir de juin 1989.

Corporate World (1989)[]

L’été 1989 est dévolu à la réalisation de Corporate World à Paisley Park, qui doit être le quatrième album du « groupe ». Sont alors écrits et enregistrés les titres Murph Drag, Nine Lives, Donald Trump (Black Version), Love Machine, Data Bank, Shake !, Corporate World, The Latest Fashion, Release It, et une nouvelle version de My Summertime Thang, un titre de 1983. Nine Lives est issu d’un projet d’album de la danseuse chanteuse Cat, tandis que Data Bank avait été enregistré avec The Revolution en juin 1986. En juillet, la saxophoniste Candy Dulfer ajouta sa contribution à un grand nombre de titres.  

Une date de sortie fut convenue avec Warner Bros pour le 14 novembre 1989 cependant, en découvrant le projet les cadres de Warner souhaitèrent que tous les membres du groupe original participent au disque, d’autant que The Time devait jouer un rôle dans le film Graffiti Bridge, alors en préparation. Prince convoqua tout le monde à Paisley Park et les discussions s’engagèrent. Cette fois, les membres du groupe sont bien déterminés à ne pas se laisser avoir. Jimmy Jam et Terry Lewis ont désormais suffisamment de poids pour discuter d’égal à égal avec Prince, et il est bien question pour eux de participer effectivement à la réalisation de l’album. Ils négocient de pouvoir sortir l’album conjointement sur deux labels : Reprise Records et Paisley Park Records. Ceci pour assurer le succès, car depuis sa création en 1987 le label Paisley Park Records peine à obtenir des résultats. Il semblerait que lors de ces réunions, Prince aurait présenté le film Graffiti Bridge comme l’histoire de Purple Rain racontée du point de vue de The Time. Au final, le film est plutôt centré sur Prince.

Prince leur abandonna l’album Corporate World et la fin de l’année 1989 est dévolue à la réalisation de ce qui deviendra Pandemonium. The Time retient trois titres issus du projet Corporate World : Data Bank, My Summertime Thang, et Donald Trump (Black version). La musique de My Summertime Thang sera utilisée pour refaire The Latest Fashion pour Graffiti Bridge (la version de Corporate World de ce titre utilise une base instrumentale totalement différente). Sont ajoutées deux titres anciens issus du Vault de Paisley Park : Jerk Out, qui avait été enregistré initialement fin 81 / début 82, et Chocolate qui date d’avril 1983. Si Jerk Out a été sensiblement refait, Chocolate est globalement laissé dans son jus d’origine et on y entend même Prince jouer le rôle d’une serveuse de restaurant.

Pandemonium (1990)[]

Pandemonium cover

L’album Pandemonium paraît le 10 juillet 1990 soit un mois et demi avant l’album Graffiti Bridge de Prince, et bien sûr avant la sortie du film. S’il est fortement associé au film, l’album n’en est pas la bande originale et aucun des morceaux de Pandemonium ne figure dans Graffiti Bridge. Le disque est très attendu et grimpe les charts jusqu’à la 9ème place du top R&B et la 18ème place du chart pop ce qui est bien mieux que les albums précédents, toutefois en volume de vente il est certifié seulement pour Disque d’Or (soit au moins 500,000 exemplaires vendus) alors que Ice Cream Castle avait atteint la certification de platine. Le single Jerk Out obtient la place de n°1 en R&B, n°6 en Dance et n°9 en pop ce qui en fait le plus gros succès du groupe.

Sur le plan musical, Pandemonium est enfin l’effort collectif que tout le monde attendait. Prince est auteur ou co-auteur de cinq des 10 titres de l’album (et de tous les segues), bien que tous les morceaux soient officiellement crédités à The Time. Il s’agit de Pandemonium, Jerk Out, Chocolate, Data Bank, et Donald Trump (Black Version). La plupart des autres morceaux sont écrits par Jam & Lewis, mais on note aussi la participation de Monte Moir sur It’s Your World, et bien sûr de Jesse Johnson sur les deux morceaux guitaristiques : Blondie, et Skillet.

Si l’album fait preuve d’une réelle flamboyance et se révèle très enthousiasmant, il faut avouer que les thèmes développés restent assez basiques : les filles, les voitures, l’argent, les soirées, et la gaudriole sont les principaux centres d’intérêts développés dans les paroles. Dans le morceau Jerk Out est dévoilé le véritable leitmotive de The Time : se pointer dans une soirée, séduire toutes les filles quitte à les voler à leur prétendant, et finalement les abandonner à leur triste sort. Dans Donald Trump (Black Version) il ne s’agit pas d’une ode au futur président des USA, mais il est question plutôt de l’avidité des demoiselles qui recherchent un homme riche pour subvenir à leurs besoins.

Le succès de l’album donnera lieu à des prestations TV du groupe notamment pour Saturday Night Live, et une tournée promotionnelle est organisée au Japon en février 1991. Mais avant même que celle-ci débute, les tensions réapparaissent : Jesse Johnson, indépendant et taciturne, fait l’objet d’un vote des autres membres pour l’écarter du groupe. Jimmy Jam & Terry Lewis retournent vite assurer leurs occupations de producteurs, et c’est un line-up partiel qui se produit donc au Japon avec des musiciens remplaçants (dont Morris Hayes aux claviers). A nouveau, le groupe The Time se retrouve disloqué.

Graffiti Bridge (1990)[]

Distribué à partir du 20 août 1990, l’album de Prince Graffiti Bridge est la bande originale du film du même nom, et dans lequel The Time joue l’un des rôles principaux. La particularité de cet album est d’inclure les chansons du film y compris celles chantées par d’autres artistes, et notamment quatre titres joués par The Time (sur les 17 que compte l’album). Les titres sont issus du projet Corporate World : Release It, The Latest Fashion, Shake !, et Love Machine.

Le constraste est assez saisissant entre ces quatre titres et ceux de l’album Pandemonium. C’est là où on voit que la patte de Jam & Lewis a été un élément clé à la réussite de l’album solo du groupe. Bien que correctement interprétés les titres de Graffiti Bridge ne sont pas qualitativement à la hauteur du groupe. Le titre Shake ! sera édité en single mais n’obtiendra aucun succès.

Morris Day & The Time[]

Après Graffiti Bridge, The Time est encore une fois séparé pour plusieurs années. Morris Day fera paraître en 1992 un troisième album solo intitulé Guaranteed, et qui n’affiche plus aucun lien avec le groupe. A la fin de l’année 1995, sous la pression des fans, Morris Day et Jerome Benton remontent un line-up et le groupe recommence à tourner sous le nom de Morris Day & The Time. Ils reprennent avec eux Monte Moir et Jellybean Johnson. Parmi les nouveaux entrants on trouve Tori Ruffin à la guitare, Freeze à la basse et Chance aux claviers, qui resteront de nombreuses années présents dans le groupe. Chance Howard sera récupéré par Prince en 2004 pour la tournée Musicology. Cette configuration du groupe est invitée à jouer en Europe en septembre et octobre 1996 pour une tournée de 13 shows, et ils se produiront à Paris et à Montpelier pour un total de 3 concerts mémorables.

A la fin de l’année 1996 plusieurs informations laissent paraître qu’un nouvel album de The Time est en préparation. Son titre non définitif était Old Dogs, New Tricks. On ne sait rien de la teneur de ce projet ni de ses participants. Il semble acquis cependant que ce projet d’album mélangeait les membres originels du groupe avec les plus récentes recrues.

Le groupe tourne intensément aux Etats-Unis pendant plusieurs années, écumant les salles de moyenne importance. En décembre 1999, ils sont invités par Prince à l’enregistrement d’un concert en Pay-per-view, qui sera aussi édité en vidéo sous le titre Rave Un2 The Year 2000. Ils y jouent les titres Jungle Love et The Bird. Le groupe jouit d’une popularité toujours soutenue, un temps ravivée par leur participation au film Jay And Silent Bob Strike Back (de Kevin Smith) en 2001.

En 2004, Morris Day fait paraître un album live complété de quatre nouveaux titres studio : It's About Time.

Las Vegas (2008)[]

A la surprise générale, et après 15 années sans avoir joué ensemble, les 7 membres originels du groupe The Time se produisent en concert avec la chanteuse Rihanna lors des 50ème American Music Awards en février 2008. Les retours furent tellement positifs qu’une résidence de 15 dates est programmée à Las Vegas au club Flamingo du 24 juin au 2 août 2008. Les concerts seront très bien reçus et resteront la dernière chance de voir sur scène le groupe réuni au complet.

Le groupe envisage de travailler ensemble à nouveau en studio, mais entre-temps Jesse Johnson fait paraître un somptueux double album solo, Verbal Penetration, en octobre 2009.

The Original 7ven / Condensate (2011)[]

Condensate album cover

A partir de mi-2010 le groupe The Time commence à annoncer la sortie d’un nouveau disque. Dès cette époque des titres comme Strawberry Lake, ou If I Was Your Man sont énoncés. Il est confirmé que Jesse Johnson fait aussi partie du projet. A ce moment, le groupe original continue de se produire sporadiquement en concert tandis que la formation dite « Morris Day & The Time » avec les musiciens « remplaçants » tourne plus régulièrement.

L’album, initialement annoncé pour « avant la fin de l’année 2010 » va être à nouveau reporté plusieurs fois pour paraître finalement en octobre 2011. Les raisons de ces reports successifs sont en partie dues à la dénomination du groupe. Il semble qu’il y eut pendant plusieurs mois des discussions avec Prince, qui ont abouti au fait que le groupe ne pourrait pas utiliser le nom The Time. Ce nom appartient à Prince, qui n’est pas du tout impliqué dans le projet. Il s’agit donc d’un projet « solo » et non d’un album de The Time, même si les musiciens nommés sur la pochette sont exactement les mêmes. Ils ont un temps envisagé de s’appeler The Original Time Band, avant d’opter à la dernière minute pour le nom de The Original 7ven.

L’album s’intitule Condensate et il paraît sur Saguaro Road, un sous-label de la compagnie Time Life, appartenant à Trusted Media Brands, une plate forme media et publications. Avec le temps, il est évident que seuls les fans furent intéressés par cet album et l’absence du nom de The Time pour le promouvoir a certainement plombé ses résultats commerciaux. L’album est toutefois monté jusqu’à la 10ème place du classement R&B et la 58ème dans le Billboard 200. Le single Trendin s’est contenté d’une 77ème place en R&B uniquement.

Musicalement, l’album est relativement décevant. Si l’on retrouve le son, les mimiques, les thèmes, les arrangements habituels du groupe, l’ensemble du disque n’est pas assez captivant sur la longueur, les mélodies s’enfoncent rapidement, et le personnage haut en couleurs de Morris Day n’est plus réellement crédible 20 ans après. Le disque ressemble plus à une production Jam & Lewis pour Morris Day qu’au réel projet d’un super-groupe. Jesse Johnson est assez peu mis en avant sur le disque, contrairement à Pandemonium, et il sembla évident que cet album n’était pas sa priorité.

Depuis 2011[]

La formation de Morris Day & The Time continue de se produire régulièrement en concerts, bien que Jerome Benton ait décidé d’arrêter d’y participer. Le valet de Morris Day est donc remplacé par un ou deux danseur qui n’ont évidemment pas la même alchimie. Jesse Johnson continue de jouer de son côté, et a notamment suivi D’Angelo dans plusieurs tournées. Le décès de Prince en 2016 n’a pas permis au groupe de retrouver l’unité, et il est peu probable que de nouveaux disques voient le jour ou qu’une reformation survienne. Mais il est toujours permis de rêver !

Crédits[]

Pour une vision d'ensemble des albums de The Time, consultez cette page.

Advertisement